Parvana, une enfance en Afghanistan de Deborah Ellis

parvana

Parvana, une enfance en Afghanistan
Deborah Ellis, traduit par Carole Feynet-Gagné et Louise Binette
Éditions des Plaines, 2011
À partir de 12 ans

Parvana, onze ans, vit à Kaboul avec sa famille. Son père se fait arrêter par les talibans et toutes les femmes se retrouvent donc ainsi confinées à l’intérieur de leur maison, ne pouvant sortir que si elles sont accompagnées d’un homme ou d’un garçon. Pour pallier à cet isolement, Parvana est alors transformée en garçon et circule librement dans les rues, pourvoyant ainsi aux besoins de sa famille. Aidée de son amie Shauzia, elle aussi déguisée en garçon, Parvana s’active dans le commerce des cigarettes et participe à un trafic d’os humains. Au fil de ce récit, on y découvre la dure vie de la population sous le régime des talibans et en particulier les conditions de vie des femmes et des filles afghanes. C’est un récit très bien documenté, écrit sans fioritures.  L’auteure laisse ainsi parler les faits et le lecteur se faire une idée de la situation.  La description de toutes sortes de détails ajoute au réalisme de l’histoire. Les personnages, majoritairement féminins, nous font également prendre conscience du courage et de la lutte de ces femmes afghanes pour survivre, pour avoir un minimum de liberté et de dignité. Écrit il y a plusieurs années, ce roman reste toujours très actuel. Cette lecture permet de nombreuses réflexions et discussions sur les valeurs d’une société, la liberté ou encore sur la place des femmes.

—Danièle Courchesne

Pour acheter : Les libraires

Pour en savoir plus sur Pavana: Livres ouverts